Qui sommes-nous? Contactez-nous

Les experts de la performance énergétique et numérique des bâtiments tertiaires

> > Inauguration de la centrale solaire de Cestas : quelle efficacité pour les parcs solaires géants ?

Inauguration de la centrale solaire de Cestas : quelle efficacité pour les parcs solaires géants ?


centrale cestas

Le 1er décembre dernier, en pleine COP 21, a été inaugurée la centrale solaire de Cestas (Gironde), la plus grande centrale photovoltaïque d’Europe. A Ouarzazate au Maroc, le plus grand parc solaire du monde sera connecté au réseau électrique dans les semaines à venir. Deux exemples qui illustrent parfaitement l’effort mondial de nombreux pays en faveur des énergies renouvelables et d’une production d’électricité propre.

Des parcs solaires géants pour un maximum d’efficacité énergétique

Plus d’un million de panneaux solaires, une superficie d’environ 240 hectares, 300 millions d’euros d’investissement…Des chiffres impressionnants pour une centrale solaire géante qui produira en moyenne 350 MWh/an, soit la consommation moyenne en électricité des quelques 300 000 habitants de la ville de Bordeaux.

Si cela fait longtemps que les technologies photovoltaïques sont au point, l’implantation de parcs solaires géants reste difficile car la réglementation freine le développement de centrales solaires au sol. La loi française impose en effet une distance de 500 mètres entre chaque « petite » centrale de 12 MWc. Cestas en compte 25. Rentabiliser l’espace au sol était donc une nécessité pour produire une électricité suffisante et à un prix compétitif, ici 105 €/mégawatt. Les panneaux solaires ont été orientés vers l’est et l’ouest pour profiter du soleil du matin et du soir, au lieu du sud habituellement, et les rangées ont été resserrées pour une occupation au sol maximale.

A Ouarzazate ce sont 580 MWh qui seront produits chaque année à partir de 2020, de quoi assurer l’indépendance énergétique, en terme d’électricité, d’un million de foyers. Plus qu’un simple engagement écologique, une nécessité économique pour un pays qui importe à ce jour 94% de son énergie, la plupart d’origine fossile.

Des enjeux de mix et d’autonomie énergétiques

La signature d’un accord mondial lors de la COP 21 en décembre dernier a montré l’engagement de tous les pays en faveur d’actions pour réduire le réchauffement climatique. Le recours aux énergies propres (énergie éolienne, énergie photovoltaïque, biomasse…) est désormais une nécessité. Dans chaque pays se posent alors les questions de quelle(s) ressource(s) naturelle(s) utiliser, comment les implanter ou encore en quelle quantité. Car tous, y compris la France, ne peuvent pour l’instant prétendre à couvrir l’ensemble de leurs besoins énergétiques grâce à l’énergie autoproduite.  La production d’énergie verte entre donc pour l’instant dans un mix énergétique.

Cestas et Ouarzate illustrent bien l’évolution des capacités de production des centrales solaires qui permettent désormais de produire une grande quantité d’électricité à un prix compétitif. Mais la géographie même des pays, les législations ainsi que les oppositions de certaines associations écologistes restent nombreuses car de telles installations empiète sur les espaces naturels. La protection de l’environnement ne se joue donc pas uniquement au niveau mondial mais parfois aussi au niveau local. A Cestas, les concepteurs du projet ont reboisé l’intégralité des 240 hectares par petites touches dans tout le département de la Gironde. Une compensation écologique nécessaire pour apaiser les esprits et pour s’inscrire dans un véritable projet écologique.

L’efficacité énergétique des parcs solaires géants est aujourd’hui une réalité, l’énergie produite étant désormais moins chère que celle qui serait produite par un réacteur nucléaire EPR. Moins polluante également, elle occupe, au côté de l’énergie éolienne, une part de plus en plus importante dans le mix énergétique français.


Commentez cet article


0 Commentaires :

Aucun commentaire


Articles sur le même sujet