Qui sommes-nous? Contactez-nous

Les experts de la performance énergétique et numérique des bâtiments tertiaires

> > L’interopérabilité des objets connectés essentielle au bâtiment intelligent

L’interopérabilité des objets connectés essentielle au bâtiment intelligent


batiment connecte

Le développement des réseaux mobiles, smartphones et autres tablettes a permis l’émergence de nombreux autres objets connectés, facilitant toujours plus le quotidien. Télésurveillance, gestion et pilotage de la consommation d’énergie à distance, aide au maintien à domicile, amélioration du confort…Les installations domotiques sont de plus en plus performantes mais leur évolution dépend en grande partie de leur capacité à intégrer au fil du temps toujours plus d’appareils de marques différentes, qu’il s’agisse d’appareils domestiques, de services ou d’équipements extérieurs : c’est l’interopérabilité.

Les avantages d’une solution intégrée au bâtiment connecté

La domotique permet de faire communiquer et interagir différents appareils entre eux. Cette communication peut se faire de différentes façons : par ondes radio, par courant porteur (CPL) ou via un système filaire de câbles spécifiques. Si les 2 premières solutions sont très simples à mettre en œuvre, mais peuvent néanmoins être soumise à des problèmes de portée ou de fréquences qui se perturbent. Ces technologies, souvent propriétaires, rendent souvent impossible l’ajout d’appareils de marques différentes, le pilotage à distance et la centralisation des commandes.

Utilisée depuis longtemps en domotique, la solution câblée utilise le protocole bus KNX et propose un moyen de communication sans faille, robuste, évolutif et pilotable à distance. Utilisé par de nombreuses marques, ce standard européen est déjà présent dans de nombreux bâtiments et permet à une grande variété d’installations (capteurs, commutateurs…) de communiquer entre elles.

L’évolution des besoins et celle des technologies

D’ici 2020, le marché de l’internet des objets dans le bâtiment devrait croitre de plus de 20%, indiquant clairement l’émergence de nouvelles solutions en matière de communication. Dans le secteur de la domotique cela se traduit par le besoin de plus en plus grand de la part de clients de pouvoir piloter tous leurs appareils et installations de façon simple et à distance. C’est ce que propose le programme Eliot qui s’appuie sur le réseau internet, un cloud ultrasécurisé ainsi que des applications et des objets à l’utilisation intuitive. Eliot permet de connecter des objets existants mais vise également à développer de nouveaux produits nativement connectés tout en gardant à l’esprit la nécessité de développer des normes et des standards ouverts afin que de nombreux objets et systèmes puissent être capables de communiquer entre eux quels que soient leur marque.

Le protocole Nest Weave, un exemple d’interopérabilité

La société Nest fabrique des objets connectés tels que des thermostats ou encore des détecteurs de fumée. Ces objets pouvaient déjà communiquer entre eux via internet mais en s’associant au protocole ouvert de communication Weave, les objets peuvent désormais interagir avec d’autres objets de marque différente. Par exemple, si la caméra de surveillance détecte une présence, les lumières (et donc les ampoules d’un autre fabricant) s’allumeront. Tous les objets feront donc partie d’un même écosytème local, le bâtiment connecté. Ce réseau permet aux objets de partager leur statut et donc de créer de façon automatique des interactions, sans que l’utilisateur soit obligé de configurer des scénarios en amont.

Facilité d’installation, contrôle et maîtrise à distance de sa consommation énergétique, sécurité…Demain l’interopérabilité des objets connectés permettra à chacun d’améliorer son confort de vie.


Commentez cet article


0 Commentaires :

Aucun commentaire


Articles sur le même sujet