Qui sommes-nous? Contactez-nous

Les experts de la performance énergétique et numérique des bâtiments tertiaires

> > BAES et LSC : installer un éclairage de sécurité en toute sérénité

BAES et LSC : installer un éclairage de sécurité en toute sérénité


blocs baes lsc

Depuis le 14 décembre 2011, un arrêté fixe très précisément les règles de conception, de mise en œuvre et de maintenance de l’éclairage de sécurité sur les lieux de travail (ERT) et/ou recevant du public (ERP). Ces éclairages sont indispensables pour assurer la sécurité des personnes et en cas d’incident, permettent de sauver des vies.

La législation en matière d’éclairage de sécurité

Les éclairages de sécurité doivent répondre à deux fonctions :

  • permettre l’évacuation du public en cas de problème en éclairant les chemins vers les sorties de secours, les directions et les obstacles éventuels
  • éviter la panique en utilisant un éclairage d’ambiance dans des zones pouvant accueillir 50 personnes (en sous-sol) ou 100 personnes (en rez-de-chaussée ou en étage)

Pour remplir ces fonctions il existe 2 sortes d’éclairage : les Blocs Autonomes d’Eclairage de Sécurité (BAES) et les Luminaires sur Source Centralisée (LSC). La loi stipule de façon très claire l’emplacement de ces dispositifs en fonction de l’éclairage qu’ils doivent assurer :

  • Eclairage d’évacuation : tous les 15 mètres dans un cheminement (couloirs, escaliers, halls), à chaque entrée/sortie et issue de secours, chaque changement de direction, chaque obstacle ou changement de niveau. Dans les bâtiments recevant du public, il est obligatoire dès que l’effectif atteint 50 personnes, que la superficie dépasse 300 m2 en étage et au rez-de-chaussée ou bien 100 M2 en sous-sol. Dans les bâtiments tertiaires, une signalisation de sécurité est indispensable à partir de 20 personnes.
  • Eclairage d’ambiance ou anti-panique : la surface au sol déterminera le nombre de BAES ou de LSC, sachant qu’un flux lumineux de 5 lumens/m2 est obligatoire et que chaque local doit être équipé d’au moins 2 blocs. Sont concernés dans les ERP les locaux ou salles permettant d’accueillir plus de 100 personnes en étage et en rez-de-chaussée et à partir de 50 personnes en sous-sol. Enfin pour les ERP, l’éclairage est obligatoire dans les locaux à partir de 100 personnes avec une densité d’1 personne/10 m2.

L’installation des éclairages de sécurité

En cas d’incident dans un bâtiment, comme un incendie par exemple, les lignes électriques sont souvent coupées. Les éclairages de sécurité ne doivent donc pas être installés sur le réseau standard du bâtiment. Pour respecter les normes, les canalisations électriques des BAES doivent être issues d’une dérivation en aval du dispositif de protection et en amont du dispositif de commande de l’éclairage normal.

Dans certains bâtiments, les fonctions de commande et de protection sont assurées par un même dispositif. Il faut alors l’équiper d’un disjoncteur et installer les blocs en amont.

La maintenance des BAES

L’exploitant d’un local est responsable pénalement de la sécurité de son établissement. Il doit donc impérativement faire contrôler régulièrement ses installations de sécurité sous peine de voir celui-ci fermé si celles-ci sont mal entretenues.

Chaque mois, toutes les lampes de sécurité, les blocs et leurs télécommandes doivent être vérifiés (vérification que la mise en arrêt des blocs fonctionne quand l’éclairage est mis hors tension ainsi que du retour des blocs à l’état de veille lorsque l’éclairage normal est remis). Tous les 6 mois, c’est l’autonomie de fonctionnement des blocs qui est vérifiée.

Ces interventions sont plus ou moins longues en fonction des modèles de blocs utilisés. Certains sont équipés de leds qui, en fonction de leur couleur, permettent de contrôler d’un simple coup d’œil.

La sécurité est une nécessité pour tous, dans les lieux publics ou au travail. De nombreuses innovations technologiques permettent aujourd’hui de respecter les normes de sécurité en établissant des diagnostics d’installations à distance (AutoDiag), limitant ainsi les interventions longues et couteuses. Au delà du simple respect de la loi, les nouveaux dispositifs, correctement installés, sont également moins énergivores et permettent d’améliorer l’efficacité énergétique d’un bâtiment.


Commentez cet article


0 Commentaires :

Aucun commentaire


Articles sur le même sujet